Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En Lorraine, pas de transition, on continuer à forer...

Contradiction massive, schizophrénie ? A l'heure où tous les membres des gouvernements, dont celui de la France s'activent ouvertement pour préparer la COP 21, qui devrait voir se réunir à la Saint-Nicolas les chefs d'état pour avaliser ce qui a été préparé à l'avance. Ce qui est d'ailleurs, déjà en soi une dépense massive d'énergie. Moultes et moultes réunions partout dans le monde font se déplacer en avion toutes ces personnes, pour « un sprint final »

«Ce qui est en jeu, ce n’est pas la qualité de la vie comme il est souvent proclamé, mais la vie tout court» a dit François Hollande.

S'agit-il seulement d'une course, où le vainqueur aura le droit d'imposer ses idées, ou le devoir de réduire son train de vie destructeur. Les outsiders sont légions, et c'est plutôt à qui aura le droit de polluer le plus longtemps. Aveugles, sourds, leur odorat ne semble connaître qu'un seul parfum... Contradiction massive, schizophrénie ?

méthane, 25 fois plus puissant que le CO2 pour ce qui est de l'effet de serre

A l'entresol, on s'active pour continuer à piller le sous-sol. Mais les lois physiques étant immuables, les gaz continuent à s'échapper vers le ciel. En témoignent les torchères visibles par satellite dans le Dakota du Nord. Mais, quand il n'y a pas assez de gaz pour créer une torchère, le gaz s'échappe aussi, invisible et c'est du méthane, 25 fois plus puissant que le CO2 pour ce qui est de l'effet de serre. 25 % de l'énergie est gaspillée.

La Lorraine, ainsi que quelques autres régions de France, voient leurs sous-sols meurtris. 4 forages de gaz en couche de charbon ont d'ores et déjà été accordés dans les communes de Tritteling-Redlach, Pontpierre, Loupershouse et Freybouse.Et puis, la nouvelle est tombée, une enquête d'utilité publique vient de s'ouvrir dans 3 autres communes, avec d'autres puits prévus, à Lachambre, Longeville-Les-Saint-Avold et Zimming. A Lachambre, c'est un champ en lisière de forêt où les chevreuils viennent brouter. L'étude d'impact ne mesure qu'à 1 km autour du point de forage. « La sensibilité du milieu naturel est faible », il n'y a pas de ZNIEFF, pas de ZICO sur le site, les chevreuils iront brouter ailleurs, et tant pis s'ils sont dérangés durant la nuit par le bruit et les lumières. Hiboux, et autres animaux nocturnes n'ont qu'à bien se tenir.

Trois nouveaux sites de forage pour lesquels une enquête d'utilité publique est ouverte durant ce mois d'octobre. Il s'agit de se mobiliser, de s'exprimer.

La communication de la société exploratrice est bien rodée, comme d'habitude. Création d'emplois, caution des associations protectrices de l'environnement, soutien des élus, etc... Tiens pourtant une faille. EGL, devenue « La française de l'énergie » au mois d'août, est une société qui aurait très peu de capital et pourtant beaucoup d'investisseurs ont misé gros. Le déficit atteint semble-t-il des millions d'euros. Il s'agit d'une Société par Actions simplifiées.

Qui contrôle les sites, les rejets d'eau ? La société elle-même par auto-contrôle

Et qui prête de l'argent à une telle société ? La pratique semble commune à beaucoup de sociétés exploratrices, misant sur le retour sur investissement. Très peu de capital, parfois 1 € et plein de dettes.

Et qui autorise les forages ? Les dossiers déposés sont truffés d'inexactitudes, d'erreurs, d'omissions volontaires. Qui les lit ? Qui contrôle les sites, les rejets d'eau ? La société elle-même par auto-contrôle. La DREAL n'a pas les moyens de le faire elle-même. Donc pas de contrôle inopiné et s'il y a, il n'est pas répressif (jusqu'à ce jour). Une contradiction de plus : L'eau au contact du charbon et extraite lors du forage serait pure, traitée en station d'épuration classique. Pourtant l'eau d'ennoyage des anciennes mines, aussi au contact du charbon nécessite des traitements (article Le Monde à venir et ci-dessous)

Par ailleurs, il est clamé haut et fort que la société civile lorraine n'est pas opposée à ce projet. Pourtant l'opposition existe, mais rencontre beaucoup de freins pour s'exprimer. Ses interviews ne sont pas diffusés, les temps de parole ne sont pas équitables, les articles de journaux sont rares. Sur les 4 communes concernées, seule l'une d'elles a organisé une réunion publique, après les travaux d'installation du site, et sans que le collectif soit convié. Il n'y avait donc que des pro-forages. Le collectif s'était pourtant invité.

Le collectif STOP GDHC d'Alsace et de Lorraine est solidaire avec le Nord Pas de Calais, le Jura et la région de Gardanne.

Tous les collectifs se sont réunis en rencontre nationale de coordination du 25 au 27 septembre à Nancy.

MNH, Membre du collectif, citoyenne d'Alsace-Lorraine

http://www.brgm.fr/publication-presse/bassin-houiller-lorrain-gestion-eaux-minieres-sur-commune-freyming-merlebach avec un dossier presse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :